Guy Jaouen - Débats et perspectives pour les Jeux et Sports Traditionnels

logo Tradwoc

Note: Ce texte est extrait du livre “ TRADITIONAL WRESTLING, OUR CULTURE” (pages 8 à 15) realisé afin d’immortaliser le projet européen TRADWOC (Etablir des réseaux transrégionaux) realisé de 2016 à 2018 dans le Sud-Est de l’Europe.

Débats et perspectives pour les Jeux et Sports Traditionnels

Guy Jaouen, project manager, researcher.

 

a) Que sont les jeux et sports traditionnels (JST)

« Un jeu fait partie d’un tout, il fait partie d’une culture. Le jeu se réfère à une histoire, à un peuple et comporte un objectif, une structure, une philosophie et une stratégie. Le jeu a des caractéristiques et des règles ; il intègre un rituel, il possède un rythme, une dimension ; il a une moralité et il est lié à un environnement spécifique. Le jeu à des dimensions éducatives et on peut l’étudier d’un point de vue scientifique ou artistique » disait Sean Egan (Colloque de Nantes, Bretagne, France – Octobre 2002), un irlandais élevé en langue gaélique qui ensuite émigra au Canada.
Le terme (jeu) ‘traditionnel’ est un mot ajouté pour signifier que la pratique est transmise par la population d’une zone culturelle particulière et qu’on peut appeler Communauté Ludique (La communauté ludique partage les traditions festives, dont les jeux et sports régionaux, les danses, les formes d’expressions musicales ou théâtrales, la gastronomie, etc.). Jeux populaires, jeux sportifs de tradition culturelle, sports culturels, sont d’autres appellations parfois utilisées.

Les Jeux Traditionnels comme héritage culturel immatériel
Les pratiques sociales appelées jeux traditionnels sont en fait les créations d'une culture et le fruit d'une histoire particulière. Souvent issues d’un territoire local ou régional, elles sont l'expression d'une façon de vivre et d’agir, d'une façon originale de communiquer avec les autres. Liés à de vieilles croyance et habitudes, les jeux sportifs traditionnels sont parmi les activités culturelles les plus significatives d'une société dont ils sont le témoignage. Ils sont une part de l'héritage corporel d'une culture qui s’exprime à travers la mémoire de gestes du corps. C'est un héritage que chaque enfant peut faire revivre au moment de ses relations de jeu.
Ensemble, avec les autres activités de tradition culturelle, ils révèlent les caractéristiques les plus profondes de la culture à laquelle ils appartiennent. Alors, on peut découvrir quelques grandes tendances de la vie en commun à travers les règles: tolérance et caractère agressif, valorisation de l'image de l'homme et de la femme, liens à la nature, façon de traiter les animaux, place donnée à l'esprit de coopération ou de compétition dans la vie sociale.
Ces pratiques ludiques sont à la fois universelles, de par leurs structures de fonctionnement, et locales car chaque culture modèle ses activités selon son propre "habitus" (le déterminisme culturel et social). Ce sont tous ces éléments qui sont désormais défendus à travers la Convention de 2OO3 de l’UNESCO pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel de l’humanité (PCI). C’est ainsi que la commission du PCI de l’UNESCO a reconnu depuis quelques années quelques pratiques de jeux et sports traditionnels dans le monde: les Tours humaines de Catalogne (Espagne), la lutte traditionnelle turque à l'huile, les jeux du festival Nadaam en Mongolie, les exercices de Zurkhaneh en Iran.

Promotion de la pratique et niveau de sportivisation respectueux du contexte culturel.
En 2009, une réunion importante fut organisée à Téhéran sous l’égide de l'UNESCO. Cette réunion fut organisée dans le cadre de la création d’une plate-forme internationale de développement des JST. L'ordre du jour de cette réunion de Téhéran était de nommer un comité mondial d'experts afin de planifier les actions de cette plate-forme et également de rédiger une définition des jeux traditionnels qui a aboutit au texte suivant:
« Le jeu traditionnel est une activité motrice de divertissement et de récréation, pouvant avoir un caractère rituel. Issu de l’identité locale ou régionale, il fait partie de la diversité du patrimoine culturel universel. Pratiqué de manière individuelle ou collective, il est fondé sur des règles acceptées par le groupe qui organise des activités, qu'elles soient compétitives ou non. Le jeu traditionnel a un caractère populaire dans sa pratique et son organisation, mais s’il est transformé en sport il tend à s’uniformiser et à s’institutionnaliser. »
Pour comparaison, la définition du sport moderne, de Pierre Parlebas (Parlebas, P. (1986): Activités Physiques et Éducation Motrice: Dossier EPS, 4.Paris), est une pratique qui a :
- Une action motrice
- Un règlement écrit identique sur toute la planète
- Une sélection organisée par des compétitions et championnats
- Une institutionnalisation à travers des fédérations globalisées
Le schéma ci-dessous montre la pyramide de la sportivisation. Le haut est le démarrage du processus et le bas peu s’étendre jusqu’à la complète aliénation. Plus on ajoute des strates à la régulation et plus on agrandi une base rigide où la fantaisie doit faire la place au sérieux. On s’éloigne aussi du système de la démocratie participative impliquant les personnes investies dans l’organisation de la pratique.
Ainsi, plus une fédération augmente ses régulations, et plus elle s’écarte de l’espace et de l’esprit de la fête. Celle-ci représente en effet le possible imprévu, et le sport veut toujours éliminer cet aspect quand il ne peut pas le domestiquer. Des agents extérieurs à la pratique peuvent aussi apparaître et alors il y a le risque que l'organisation oublie le fondement de la pratique elle-même: les relations socioculturelles entre êtres humains qui partagent une même culture.

trjkt

Le processus de Sportification « est l’entière transformation d’un jeu, ou d’une activité physique, pour être transformé en sport, régulé par des règles et des normes, toutes légitimées par les institutions (Elias,N and Dunning,E. (1986): Quest for excitement: Sport and leisure in the civilization process. Oxford: Basil Blackwell).
Cependant, nous devons considérer que la Sportification n'est pas obligatoirement un processus binaire et rigide qui doit être mené jusqu'à l’extrême comme Ellias et Duning l’ont écrit. Si nous pouvons considérer que quelques étapes du processus de Sportification sont souvent nécessaires afin de sauvegarder les jeux et sports traditionnels, celles-ci peuvent se construire pour des cas précis. Toutes doivent être décidées par les acteurs locaux d'après leurs besoins et leurs souhaits. Mais il est très important de considérer que chaque étape est une altération de la structure sociale ancienne et que chaque modification de la régulation doit être analysée avec soin. Par exemple, l'introduction des arbitres dans un jeu stoppe la négociation qu’il y avait entre joueurs et bien sûr affecte un des anciens rôles des jeux traditionnels qui était de réduire la tension sociale (En lutte, l’auto arbitrage n’est pas simple).

b) Faiblesse et force des jeux et sports traditionnels

Le tournant du vingtième siècle avait vu l'avènement du sport moderne avec pour contrepartie l’extinction progressive de centaines de pratiques populaires locales que nous appelons aujourd’hui les « Jeux traditionnels ». Ces pratiques avaient tout simplement été négligées, autant par les autorités que par les universités.
Nombreuses sont les personnes qui considéraient récemment que beaucoup de ces jeux populaires avaient disparu, ne laissant que des images d’un monde passé. Cependant, nous savons que la plupart d'entre eux avaient continué à être transmis localement, notamment au travers des fêtes. Puis plus tard des jeux se sont structurés en petites fédérations, d’autres sont restés dans la pratique rituelle et festive, et enfin beaucoup ont presque disparu. Dans ce dernier cas nous devons considérer qu’ils sont encore vivants dans la mémoire collective.
Quelles sont les tendances qui menacent le maintien des jeux et sports traditionnels (JST)
Beaucoup de jeux populaires ont disparu face à une répression directe. En effet, dans beaucoup de pays ils ont pendant longtemps été classés comme dépassés, archaïques, réactionnaires, et en contradiction avec la modernité du système dominant, dont celui du sport.

La répression indirecte ne fut pas moins efficace:
Refoulement dans le système scolaire et les medias. Cela entraina un manque d’information et donc d’intérêt à l’école, et aussi un manque de visibilité. L’image passéiste qui fut accolée aux JST entraina un déclin de la participation.
L’Expropriation de leurs espaces et aires d’expression en ville ou à la campagne fut souvent justifiée par la modernité qui devait se mettre en place.
La Marginalisation économique et sociale entraîna un manque de soutien financier et un faible intérêt des sponsors, et par réaction un nombre limité de jeunes volontaires. Ainsi les JST furent généralement classés dans un processus non-prioritaire sur le plan politique et financier.
De contextualisation. Quelques jeux ont été intégrés dans le système du sport de performance avec une standardisation imposée. Ce processus voit en général une perte de leurs significations et des liens avec la façon habituelle de vivre. D’autres jeux ont été instrumentalisés pour des stratégies et des buts externes, souvent pour servir d’exercices préparatoires à des sports mondialisés.
Folklorisation. Un conservatisme rigoureux menace aussi les jeux avec souvent l’interruption de leur transmission aux jeunes générations. La folklorisation ou encore la muséalisation peuvent les déconnecter de leur contexte social et quotidien, transformés en attraction folklorique.

Face aux tendances dévalorisantes, l’avenir des jeux et sports traditionnels se trouve dans un cadre explicitement culturel et social.
En effet, nous devons considérer que la Ludodiversité, c’est à dire la diversité culturelle représentée par la culture ludique des êtres humains (théâtre, culture physique, expression corporelle) est une richesse qu’il faut préserver et développer pour nous-mêmes et pour les générations à venir.
Les JST sont des lieux de rencontres, d’échanges et d’expériences entre les différentes générations. C’est une source d’enrichissement individuel et collectif indispensable car pour savoir où l’on va, il faut d’abord savoir qui nous sommes et d’où on vient.
L’équipement nécessaire à la pratique de jeux populaires est en général bon marché et simple. Cette réalité facilite la dynamique sociale des jeux en offrant un potentiel de réalisations extrêmement variées pour des projets sociaux locaux, comme la réalisation du matériel ou des aires de jeux.
Par leur diversité les JST forment un terrain propice à l’apprentissage. Comme « école de la vie », ils peuvent amener un renouvellement des pratiques éducatives : jeux de partage plutôt que jeux de compétition.
Les jeux participent ainsi activement à la santé physique et mentale des hommes et des femmes, et contribuent à une sensation de bien être. C’est un élément favorisant la « santé globale » telle que définie par l’OMS.
Les jeux et sports de tradition culturelle sont également importants sous un aspect dynamique. En effet ils sont aussi, par le biais du lien à la communauté ludique d’une région (La communauté ludique partage les traditions festives, dont les jeux et sports régionaux, les danses, les formes d’expressions musicales ou théâtrales, la gastronomie, etc.), la base de l’expression d’une forte socialité qui devient dès lors une force de proposition, de production et d’énergie intellectuelle.

c) Sauvegarder et promouvoir les JST, mais avec quels objectifs ?

Nous avons vu que les JST ont des atouts. Le travail réalisé depuis trente ans commence à porter ses fruits en Europe et de nombreuses institutions se montrent intéressées. Les jeux traditionnels sont donc à une croisée des chemins délicate. Quelles orientations le mouvement de réhabilitation des JST doit-il suggérer ? Voici quelques points de débat.
Si nous écoutons uniquement les modernistes le risque est grand que les différents phénomènes négatifs observés dans le chapitre précédent soient amplifiés, avec une marginalisation accrue des pratiques. La norme deviendrait alors de copier le système du sport mondialisé en appliquant au maximum le processus de sportification, avec l’adoption de tout ce qui s’y rattache, dont la standardisation. C’est la solution de facilité diront certaines personnes, mais nous savons que la globalisation conduit inexorablement à l’uniformisation et que ces deux phénomènes sont associés. Par ailleurs il est manifeste que c'est le désir de différenciation à travers l’originalité et l’épanouissement personnel qui est le moteur de l'Humanité. La situation semble paradoxale.
Un premier point est fondamental à identifier: si nous avons 100 JST semblables, la standardisation va donc avoir comme objectif de réduire ce nombre à Un. La globalisation de l’activité est nécessaire pour espérer en faire une activité commerciale et/ou être inclue dans le programme olympique. Cependant il faut être réaliste et bien connaître le point suivant de la charte olympique: “To be included in the program of the Olympic Games, a sport must conform to the following criteria: Only sports widely practiced by men in at least seventy-five countries and on four continents, and by women in at least forty countries and on three continents, may be included in the program of the Games of the Olympiad.” Cette condition très restrictive montre combien le chemin à gravir est immense et que très peu de JST atteindront cet objectif. La teneur éducative et culturelle de ceux-ci en subira des conséquences fortes et ils y abandonneront leur âme au profit d’une gloire très hypothétique.
Le point précédent montre bien l’incompatibilité entre la globalisation et la notion de patrimoine culturel immatériel. Ceci introduit un deuxième point important. En effet, nous savons que ce processus a déjà fait disparaître des centaines de jeux. Les exemples sont nombreux depuis le milieu du 19ème siècle. Si on prend le « bowling américain » par exemple, qui est un jeu de quilles (comme son nom ne l’indique pas), sa popularisation a marginalisé ou contribué à détruire au moins 150 à 200 jeux de quilles traditionnels dans l’Ouest de l’Europe.
Par ailleurs, une sportification radicale des jeux traditionnels en sports institutionnalisés conduira inéluctablement à des pratiques valorisant fortement la compétition et le système de domination. Cependant, sur ce point, il faut très sérieusement s’interroger sur les résultats de réflexes créés par des rencontres sportives uniquement compétitives pendant plusieurs générations, où l’objectif est toujours de dominer l’Autre. Nous savons que c’est la reproduction du système économique à tendance monopolistique, mais l’introduction de cet esprit antagoniste dans l’esprit de la jeunesse est un élément qu’il faut considérer avec beaucoup d’attention. En cela, l’échange équitable, équilibré, respectant les cultures, sans idée de domination ou d’expansionnisme mis en place au travers des rencontres de jeux et sports traditionnels est bien plus efficace pour le progrès de la démocratie dans le monde que celui où le modèle dominant veut imposer ses idées, ses champions ou son modèle de démocratie par la force.
Quelque soit l’orientation que prend une pratique, les dirigeants doivent avoir conscience que sans le soutien de la communauté ludique d’appartenance, le contrat social est considéré rompu. Cela rejoint la note du philosophe des jeux, Johan Huizinga, qui écrivait que « the traditional sport is an action devoid of any material interest when it is deeply associated with a culture as a pastime ». The introduction of a logic in which people bend this system to their own profit corresponds to a diversion of property, one or more person appropriating the collective good without the knowledge of the others, who consider themselves possessors of the intangible elements of their culture.

Il y a de nombreuses voies alternatives à explorer. Voyons quelques pistes sans en fermer d’autres que les futures générations pourront développer.
Nous savons que le monde que nous avons mis en place au cours des deux derniers siècles a privilégié le système de compétition. C’est le plus fort qui décide. Pourtant les défis écologiques et humanitaires qui se dévoilent au fur et à mesure que la Terre mère s’épuise montrent qu’il faudra sans doute réformer le système. D’un système de recherche de domination, il faudra (faudrait) probablement passer à un système global de partage, où nous reviendrons à des valeurs humaines qu’on rencontre encore dans certaines communautés ludiques. Alors les jeux et sports de tradition culturelle peuvent fonctionner comme des laboratoires, des terrains d’expérimentation sociale du futur.
Par ailleurs, étant donné que beaucoup de jeux traditionnels ont une vocation similaire par delà les frontières des états, avec des contextes festifs souvent semblables, ils sont une réalité porteuse d’une dimension humaine universaliste. Cette diversité attractive ouvre à des perspectives pour le développement d’un tourisme culturel car il y a un enthousiasme réel pour les jeux et sports de tradition. Il se conjugue avec l’élan général vers un besoin d’authenticité, de découverte des racines, de simplicité et de convivialité.
Cependant les JST ont du retard dans les travaux d'investigation orientés vers l'application éducative, sportive et récréative des jeux et sports traditionnels. Nous avons besoin de mettre en place des actions de renforcement de la connaissance, pour la comparaison, l’étude et l'analyse des JST. Ces actions signifient qu’il faudra susciter des vocations pour des publications : livres, encyclopédies, films, sites Internet, etc. La recherche scientifique doit également être développée. C’est encore le cas pour l’apprentissage dans les écoles et le développement d'activités socioculturelles dans l'environnement des adultes et du tourisme. Tout ceci demande que la formation d’animateurs socioculturels, de professeurs de sport, d’enseignants généralistes soit développée.
Tous ces travaux permettront la mise en place d’applications sociales et économiques, comme l’intégration sociale dans les quartiers, l’animation locale, le tourisme, le sport loisir, les festivités, la redynamisation des zones rurales.

Nous pouvons voir que le futur des JST trouverait de nombreux avantages dans un développement de modèles liés à la culture et l’éducation. Ils peuvent se développer au moins dans deux directions:
- Le développement de fédérations régionales ou transrégionales (transfrontalières) toujours de façon à rester en lien avec la communauté ludique d’appartenance, y compris au sein de la diaspora.
- La transmission des JST à la jeunesse par l’introduction des pratiques les plus significatives dans les programmes scolaires.
Toutes les contributions apportées au cours de ce projet TRADWOC sont des éléments de soutien pour la construction de politiques de promotion.

Les JST doivent être considérés comme des outils de responsabilisation des citoyens, des outils d’éducation et de transmission à la jeunesse des valeurs de nos sociétés. Les jeux traditionnels sont plus que des jeux, ce sont des outils chargés de futur!

pdfDbats_et_perspectives_pour_les_Jeux_et_Sports_Traditionnels_-_fr.pdf


Print